Association Nationale de la ChevIlle du Sportif
lundi 8 mars 2021

Les 10 kilomètres, courir pour entretenir sa forme

Brigitte D’ARBONNEAU, Pratique de la course à pied en compétition

« Je pratique le tennis et la course à pied depuis l’âge de 20 ans. Curieusement, j’ai tout de suite commencé par vouloir faire des grandes distances et à 23 ans, je participais à mes premiers marathons : Paris et New York ! » 

La course à pied, un sport collectif !
« C’était un réel plaisir que d’avoir pour objectif de courir un marathon dans une ville comme New York. J’étais avec des amis, on parle souvent de la course à pied comme d’un sport individuel alors que c’est aussi et surtout un sport collectif. Hygiène de vie, hygiène alimentaire..., s’entrainer demande une préparation sur le long terme. J’ai continué de pratiquer le marathon pendant plusieurs années puis, petit à petit, je suis revenue à des distances de semi-marathon ou de 10 kilomètres. »

Courir raisonnablement pour entretenir sa forme
« Courir est un moment de plaisir, d’abord on sécrète des endorphines et c’est très bon pour le moral. Quand je me lève le matin et que je n’ai pas le moral, je vais courir et là, je termine avec un moral en acier ! C’est aussi l’occasion de retrouver régulièrement une bande d’ami(e)s et puis, c’est un entretien de soi, de sa forme. Toutes les coureuses confirmeront que c’est un besoin, une fois qu’on a commencé, on peut très vite devenir addict ! C’est important de pratiquer d’autres sports en plus de la course à pied. Je fais beaucoup de gymnastique, de pilâtes et de multiples activités. J’ai une petite blessure à l’ischio-jambier en ce moment, mais je m’en sors très bien, je cours toujours mais plus raisonnablement. »

Renforcer ses chevilles, éviter les sauts !
« Quand on est une femme et qu’on avance en âge, on fait un peu plus attention à soi, on va privilégier un mode d’entraînement un peu différent. On évite de trop sauter à cause des problèmes de périnée, voire de fuites urinaires. Les articulations, les fragilités des chevilles ou les douleurs aux ischio-jambiers (muscles de la cuisse) concernent aussi bien les hommes que les femmes. À une époque, je me faisais régulièrement des entorses à la cheville, je ne sais pas si c’est parce que j’ai modifié mon entraînement, adopté une certaine hygiène de vie ou un régime alimentaire ou encore fait des exercices pour renforcer mes chevilles, mais ces blessures ont disparu. » 

Le 10 kilomètres, une distance idéale
« Je suis une spécialiste du « 10 » ! Ce sont des courses de 10 kilomètres, soit 55 minutes de course et une heure d’entraînement. Il ne s’agit pas de sprint, trop traumatisant pour les articulations, ni de longue distance mais d’une distance idéale, très standard et très pratiquée. Une heure de course en compétition en faisant monter le cardio vous renforce physiquement. On trouve facilement des compétitions un peu partout en France. Je cours essentiellement à Paris et en région parisienne. Le 10 kilomètres ne demande pas trop d’entraînement et me laisse le temps de pratiquer d’autres sports. »

Une pratique régulière est essentielle
« On ne peut pas faire un sport, s’arrêter trois mois, recommencer ou changer de sport en permanence. Il faut un peu de persévérance, du plaisir à trouver des amis qui aiment faire la même chose que vous quel que soit le sport et aussi, savoir s’écouter et savoir écouter son corps car on ne fait pas les mêmes sports, ni de la même façon, à 20, 30, 40, 50 ou 60 ans. Je pratique 6 jours sur 7, je varie mes entraînements, j’écoute mon corps et quand je sens qu’il va moins bien, je ralentis. L’échauffement et l’étirement sont très importants, qu’il y ait une course ou non, ils maintiennent en bonne santé et diminuent l’arthrose. Malgré mon arthrose à la hanche et aux genoux, je cours toujours, j’ai varié mes entraînements ! »

En savoir plus : @C_Cermolacce #ChevilleSport