Association Nationale de la ChevIlle du Sportif
mercredi 27 mai 2020

Marathon, j'ai franchi la ligne d’arrivée, j’étais une star !

Sophie MALLET, marathonienne

« Je cours depuis 15 ans. Ca m’a pris un samedi matin, je suis allée m’acheter des baskets dans un grand magasin de sport, sans imaginer la technicité de certaines d’entre elles. J’ai acheté des petites baskets pour marcher et je suis partie courir avec ! Évidemment, ce n’était pas très adapté, néanmoins j’ai fait un tour du grand lac du Bois de Boulogne, j’étais hyper essoufflée mais je me suis dit : « C’est sympa, je vais continuer ! »

 S’entraîner régulièrement
« Je me suis entraînée régulièrement une fois par semaine avec des amis : 1 tour de lac, puis 2, puis 3 tours... J’ai pensé qu’il était temps que je fasse une course, alors il y a une dizaine d’années, je me suis inscrite à la Parisienne, une course de filles. Au début, on n’ose pas trop forcer, on est un peu timide, on a peur de se blesser, on découvre. J’ai fait mes 7 kms tranquillement. Aujourd’hui, je m’entraîne régulièrement, je vais au Champ de Mars trois fois par semaine et dans le Bois de Boulogne tous les samedis matin avec un groupe d’amis. Je m’étais fixé comme objectif de finir dans les 1 000 premières avant de changer de format de courses, j’ai fini 700ème, puis 500ème, j’étais prête pour m’attaquer au Paris-Versailles, ma passion a démarré comme ça ! »

Courir son premier marathon
« La préparation en amont d’un marathon est très importante pour éviter les blessures. Globalement, il faut se préparer trois mois avant, de façon un peu intensive. Là encore, ça a été un challenge un peu imprévu : je faisais de nombreux 10 kilomètres, des semi-marathons, les 20 kms de Paris, mon entourage m’a encouragée à courir mon premier marathon. C’est un peu comme l’anglais, on se dit qu’on n’est pas très bon et un jour, on se retrouve en réunion à parler l’anglais, il y a un barrage qui saute. Le marathon, c’est pareil ! J’aime les challenges et je suis assez audacieuse, alors je me suis inscrite sans savoir ce qui allait se passer... »

Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’étais une star !
« L’un de mes meilleurs souvenirs remonte à mon premier marathon alors que je travaillais énormément ! Je courais un peu le soir et surtout le week-end. J’ai pris le départ avec un groupe d’amis, des habitués ! J’étais moyennement préparée mais mentalement prête. Mon premier temps au marathon a été de 4h26. En réalité, je visais 5h, donc j’étais folle de joie. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, j’étais une star ! Cette course a été l’aboutissement d’un parcours car en amont, il y a une préparation, des entraînements, la transformation de son alimentation et aussi le challenge sur le mental. L’anticipation, la préparation c’est quelque chose qui me plaît ! » 

 

En savoir plus :  https://www.lachevilledusportif.com/ @C_Cermolacce #ChevilleSport